VOTEZ POUR CE FORUM (cliquez sur le logo)
Image hébergée par servimg.com
Galerie


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Énergie : Le renouvelable a son Agence internationale !

Aller en bas

Énergie : Le renouvelable a son Agence internationale !

Message  mickey le Mer 28 Jan - 6:03

Sur la centaine de pays participant à la conférence de Bonn, soixante-quinze ont signé le traité fondateur de l’IRENA.

Soixante-quinze États ont signé le 26 janvier à Bonn l’acte de naissance de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) centre d’information et d’assistance pour le développement des énergies vertes. Une initiative qui suscite la méfiance des grandes puissances industrielles qui craignent de devoir payer pour les pays pauvres.

Une centaine de pays se sont réunis lundi 26 janvier à Bonn en Allemagne, pour la conférence de lancement de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA). Créée à l’initiative de l’Allemagne, de l’Espagne, du Danemark et de l’Autriche, l’Agence proposera un service d’assistance-conseil en matière de développement des énergies renouvelables. « IRENA va assurer un rôle de conseil et de support auprès des pays industrialisés et des PED pour le développement rapide des énergies renouvelables », résume Hermann Scheer, président de l’association Eurosolar et du Conseil mondial des énergies renouvelables (WCRE). L’idée est de soutenir les initiatives publiques et privées tant dans les pays industrialisés que dans les pays en développement en favorisant les transferts de technologies et de compétences entre partenaires. Parallèlement, l’IRENA mettra à disposition des informations sur le potentiel des énergies vertes, les différentes solutions techniques et leur financement. Objectif : offrir un accès universel aux énergies propres pour lutter à la fois contre le réchauffement climatique et contre la pauvreté.

Une forte concurrence pour la gouvernance de l’IRENA

La création de l’IRENA suscite un vif intérêt pour la plupart des pays représentés. « De nombreux États ont reconnu le potentiel des énergies renouvelables pour la lutte contre le réchauffement climatique, la sécurité énergétique et le développement économique » s’est félicité le Ministre allemand de l’environnement Sigmar Gabriel. Ainsi, le choix des dirigeants et du siège de l’Agence d’ici au mois de juin est l’objet d’une intense concurrence. Si les pays européens à l’origine de l’initiative se sont d’office portés candidats, plusieurs pays en développement ont également fait part de leur volonté d’assurer la gouvernance de l’organisme. Abu Dhabi, qui accueillait le Sommet international des énergies du futur du 19 au 21 janvier dernier, souhaiterait pour sa part voir l’organisation installer son siège dans la future éco-cité de Masdar City. Une manière pour l’émirat de se distinguer en tant que pionnier des énergies renouvelables, alors que la majorité des États membres de l’OPEP sont opposés à la création de l’IRENA.

Les pays industrialisés encore frileux

En dépit de l’engagement de la majorité des participants à la conférence de Bonn, les signatures des Etats-Unis, du Japon, de la Chine, ou encore du Brésil font encore défaut. Ces derniers attendent que le champ d’intervention, le mode de calcul des contributions financières, ou encore les relations avec les autres organismes internationaux du secteur de l’énergie soient clairement définies pour adhérer ou non à l’initiative. Le budget annuel de 25 millions de dollars (19,4 millions d’euros) prévu pour la future agence sera en effet assumé par les États membres en fonction de critères de solvabilité. Or les grandes puissances industrielles pourraient refuser de payer pour les plus pauvres. Certains craignent par ailleurs une concurrence avec l’Agence internationale de l’énergie (AIE) tandis que les défenseurs de l’IRENA mettent en avant la complémentarité de ses objectifs avec ceux des autres acteurs existants. Malgré des réticences au sein du gouvernement, la France s’est quant à elle engagée aux côtés des leaders européens des énergies renouvelables. Pour le Ministre de l’écologie Jean-Louis Borloo, la nouvelle agence « permettra de diffuser une énergie à la fois sobre en carbone, locale et sûre dans un monde où 1,6 milliards d’êtres humains n’ont pas encore accès à l’énergie ».

SOURCE
avatar
mickey
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 312
Age : 46
Localisation : Petite planète Terre
Humeur : Vraiment énervé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum